Se Connecter

Mot de passe oublié ?

04/10/2013 Loi sécurisation de l'emploi - l’indemnité forfaitaire de conciliation

I.        Dispositions communes

Article L1235-1 (Modifié par LOI n°2013-504 du 14 juin 2013 - art. 21)

En cas de litige, lors de la conciliation prévue à l'article L. 1411-1, l'employeur et le salarié peuvent convenir ou le bureau de conciliation proposer d'y mettre un terme par accord. Cet accord prévoit le versement par l'employeur au salarié d'une indemnité forfaitaire dont le montant est déterminé, sans préjudice des indemnités légales, conventionnelles ou contractuelles, en référence à un barème fixé par décret en fonction de l'ancienneté du salarié.

Complèment d'information disponible pour les membres.

12/07/2013 Loi sécurisation de l'emploi - Accord de maintien dans l'emploi

 I.             Objectif

 

En cas de graves difficultés conjoncturelles rencontrées par une entreprise, les partenaires sociaux peuvent conclure des accords d’entreprise permettant de trouver un nouvel équilibre, pour une durée limitée dans le temps, dans l’arbitrage entre temps de travail, salaire et emploi au bénéfice du maintien dans l’emploi.

Les indicateurs servant à analyser la situation économique de l’entreprise et justifiant le recours aux accords seront définis par les partenaires sociaux au niveau de l’entreprise.

Complèment d'information disponible pour les membres.

12/07/2013 Loi sécurisation de l'emploi : GPEC et plan de formation

I.             Champ d’application

La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est un outil d’anticipation pour les entreprises ou groupes d’au moins 300 salariés ainsi que pour les entreprises et groupes communautaires comportant au moins un établissement ou une entreprise de 150 salariés en France.

Complèment d'information disponible pour les membres.

12/07/2013 Loi sécurisation de l'emploi - mobilité dans et hors l'entreprise

I.             Mobilité dans l’entreprise (mobilité interne)

Il s’agit de la possibilité pour l’entreprise de mettre en œuvre des mesures collectives d’organisation courantes sans réduction d’effectifs se traduisant notamment par des changements de poste ou de lieu de travail au sein de la même entreprise.

·         Négociation à caractère facultatif sur la mobilité professionnelle et géographique

Complèment d'information disponible pour les membres.

12/07/2013 Loi sécurisation de l'emploi - taxation renforcée des CDD de courte durée à l'assurance chômage

Objectif : taxer les CDD de courte durée afin de les réduire et donc de diminuer la précarité dans l’entreprise.

Complèment d'information disponible pour les membres.

12/07/2013 Loi sécurisation de l'emploi - le CHSCT

 Instance de coordination des CHSCT : une instance temporaire pour une expertise unique

L’employeur a la faculté de mettre en place une instance temporaire de coordination des CHSCT lorsque plusieurs établissements sont concernés par un projet commun nécessitant une consultation sur les domaines suivants :

  • Aménagements importants modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail,
  • Introduction de nouvelles technologies,
  • Plan d’adaptation lors de mutations technologiques,
  • Questions relevant de la compétence du CHSCT.
Complèment d'information disponible pour les membres.

12/07/2013 Loi sécurisation de l'emploi - réforme des grands licenciements économiques

I.        Champ d’application

 Cette réforme concerne les entreprises d’au moins 50 salariés effectuant des licenciements de plus de 9 salariés sur une même période de 30 jours et donc soumises à l’obligation d’élaborer un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Complèment d'information disponible pour les membres.

28/03/2013 Le contrat de génération

La loi du 1er mars 2013 portant création du contrat de génération est parue au Journal officiel du 3 mars 2013.

 Le contrat de génération vise à lier l’insertion durable des jeunes dans l’emploi, le maintien dans l’emploi des salariés âgés et la transmission des savoirs et des compétences.

 La loi prévoit que les entreprises d’au moins 300 salariés devront avoir déposé un accord collectif ou un plan d’action avant le 30 septembre 2013 pour ne pas payer une pénalité.

 Pour les entreprises de moins de 300 salariés le dispositif reste facultatif.

 Un projet de décret définissant les modalités d’application du dispositif est en cours de finalisation et devrait rapidement être publié.

Complèment d'information disponible pour les membres.

31/01/2013 Seuil d’exonération Acquisition des titres restaurants

Comme en 2012, la contribution patronale à l’acquisition des titres restaurants est exonérée de cotisations de sécurité sociale en 2013 si elle n’excède pas le montant de 5,29 € par titre et se trouve comprise entre 50 et 60% de la valeur du titre.

En cas de mauvaise application de ces règles (dépassement d’une ou des deux limites), la loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008 dispose que le redressement ne porte que sur la fraction des cotisations et contributions indûment exonérées, sauf en cas de mauvaise foi ou d'agissements répétés du cotisant (article L.133-4-3 du code de la sécurité sociale).

 En cas de mauvaise foi ou d’agissements répétés, le dépassement de l’une de ces limites entraînera la réintégration dans l’assiette des cotisations de sécurité sociale de la totalité de la participation patronale.

 En cas de participation du comité d’entreprise au financement des titres restaurant, il convient de cumuler les deux participations, employeur et comité d’entreprise, pour apprécier les limites d’exonération.

31/01/2013 Loi de financement de la sécurité Sociale pour 2013

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, publiée au JO du 18 décembre 2012, vise principalement à élargir l’assiette de certaines contributions.
  •  Les indemnités de rupture conventionnelle homologuée sont assujetties à compter du 1er janvier 2013 au forfait social de 20 % sur leur fraction inférieure à deux fois le plafond annuel de la sécurité sociale (Pass) ; au-dessus, ces sommes restent assujetties à cotisations et contributions sociales ;
  •  L’assiette de la taxe sur les salaires est alignée sur celle de la contribution sociale généralisée et un taux de 20 % s’appliquera sur la fraction des rémunérations individuelles annuelles excédant 150.000 € (à appliquer aux rémunérations versées en 2013) ;
  •  Une contribution additionnelle de solidarité au taux de 0,3 % sera mise à la charge des bénéficiaires de pensions de retraite, de préretraite et d’invalidité à effet du 1er avril 2013.